Teleref - articles d’actualité

Accueil > Gastronomie et Vins fins > Un dessert sucré après le repas

Un dessert sucré après le repas

jeudi 20 septembre 2012, par editoweb

Riches en goût, en gras, en sucre ou diététiques, les desserts servent à équilibrer les repas.

Les sucres naturels contenus dans les fruits ont des effets bénéfiques sur la santé. Le sucre industriel, au contraire, est rapidement assimilé au niveau des cellules sous forme de graisse. Ainsi, un dessert sans sucre reste meilleur d’un point de vue nutritionnel. Pour une personne n’ayant aucune menace de surcharge pondérale, le dessert après chaque repas, sucré ou non, peut être envisagé surtout si elle se dépense physiquement.

Un individu voulant stabiliser son poids a, par contre, intérêt à se limiter avec les aliments calorifiques. En effet, il convient de prendre par exemple une compote allégée au lieu d’un gâteau au chocolat. Mais le choix du dessert doit prendre en compte le contenu du repas lui-même afin de garder un niveau calorique constant tous les jours. De plus, l’équilibre entre les glucides, les lipides et les protides doit être maintenu sur l’ensemble des repas de la journée. Un bilan nutritionnel peut être utile pour contrôler l’équilibre alimentaire et réajuster le mode d’alimentation si nécessaire. Il est, de ce fait, possible de faire élaborer un régime diététique par un nutritionniste.

Un régime amincissant est plus exigeant et autorise moins les desserts sucrés. En effet, les repas sont souvent peu caloriques et les petits plaisirs sucrés sont bannis, du moins pendant la diète. Ils sont remplacés par une alimentation plus naturelle, mais tout aussi délicieuse. Dans tous les cas, il n’est pas question de se priver systématiquement d’un dessert. On peut par exemple manger une compote de fruits après le déjeuner. L’élimination du dessert dans un menu pourrait conduire à une frustration due à la privation après quelques jours seulement. La probabilité de se laisser tenter par des boules de chantilly s’accroîtrait et le régime deviendrait un supplice au risque d’abandonner en cours de route ou de craquer sous la pression.